Vous avez l’impression de ne « rien manger » et de ne pas perdre un gramme. Pas d’inquiétude, ce n’est pas une fatalité, et c’est parfois un passage obligatoire quand on perd du poids. Pour vous aider à y voir plus clair, nous allons passer en revue les raisons pour lesquelles votre poids stagne malgré des efforts au niveau alimentaire. Les voici par ordre d’importance, des plus fréquentes aux plus rares. 

Vous mangez trop peu. 🍽

En effet, à force de tourner au ralenti, votre corps va se mettre en état de « veille » (lire l’article Pourquoi les régimes restrictifs nuisent à la perte de poids) et votre métabolisme va ralentir. À consommation égale, si on ne mange pas assez pendant trop de temps, le déficit calorique se réduit jusqu’à devenir nul, voire redevenir positif. La stagnation s’installe et ouvre même les portes à la reprise de poids. Les solutions : remonter légèrement vos apports et surtout ne pas rester sans manger trop longtemps. Il vaut mieux faire des petits repas à heures fixes que de tout concentrer sur un ou deux repas.

Aussi, il faudrait finir vos repas à 100 % de satiété (= la faim a totalement disparue) et non à 80 % comme il est parfois recommandé (c’est une bonne technique, mais pour le moment, ce n’est pas adapté à votre cas). Un indice pour savoir si vous avez bien atteint les 100 % de remplissage : si vous avez faim dans les 3 heures qui suivent votre dernier repas, c’est que ce dernier n’était pas assez conséquent, essayez à  l’avenir d’augmenter vos portions, de rajouter un petit morceau de pain ou un produit laitier en plus. 

Enfin, un apport quotidien de 1200 kcal n’est finalement peut-être pas adapté à votre organisme (surtout chez les personnes grandes ou qui ont une ossature forte) et votre mode de vie. Dans ce cas, il faudrait être un peu au-dessus, c’est-à-dire vers 1300 ou 1400 kcal, mais tout en restant en dessous de vos habitudes d’avant.

Vous mangez trop. 🍔🍟🍕🌭

À quel point êtes-vous sûr d’être en dessous des 1200 calories par jour ? En effet, on peut avoir  l’impression de manger peu (par rapport aux autres ou à nos habitudes antérieures) mais finalement,  malgré la délicieuse aide de la Brigade et de ces conseils (lire l’article sur Les principes de notre régime), il se  peut que vous mangiez tout simplement trop. Il suffit de seulement quelques fourchettes en trop pour ne plus être « en déficit calorique », et donc ne plus perdre de poids. Il faut alors revérifier vos apports énergétiques et adapter ceux-ci à vos dépenses. En plus des repas de la Brigade, et une fois les petits plaisirs autorisés comptabilisés, il se peut que quelques calories passent au travers des mailles du filet. 

C’est généralement le cas pour : 

les grignotages, parce qu’ils sont pris parfois instinctivement ou sur-le-pouce, on ne les compte  pas. Pourtant, ils s’ajoutent au total calorique de la journée. Attention donc à la poignée de noisettes en passant, au petit fruit sur le bureau, au gâteau à la pause-café, etc. 

le fait de se resservir. On n’avait pas prévu, mais parfois on termine l’assiette de son enfant ou de son conjoint, on sauce le plat, ou on se ressert une portion par réflexe. Prenez bien en compte ces petits plus qui pèsent souvent sur la balance.

les boissons, car mise à part l’eau, toutes les boissons apportent des calories. Si le thé, le café, les tisanes ou les boissons sans sucre ne sont quasiment pas caloriques, le lait, les sodas, les jus de fruits, les alcools et les boissons énergisantes apportent en revanche beaucoup de calories.  

les portions trop grandes. Ne remplissez pas votre assiette du premier coup, mais servez-vous des petites portions dans des petits contenants (assiettes à dessert, petit bol) et resservez-vous seulement si vous avez encore très faim. 

Enfin, il arrive qu’on mange trop parce qu’on a « bien perdu » dans un premier temps. En effet, notre dépense énergétique n’est plus la même après avoir perdu 10 kilos parce qu’on est arrivé à une autre version de soi-même, plus « petite » et donc moins énergivore.
Or, la dépense énergétique est calculée en fonction du poids corporel (lire l’article sur La théorie des rabs), c’est pourquoi il est important de la mettre à jour régulièrement, notamment aux changements de saisons ou quand le poids ne bouge plus. Ainsi, on peut  adapter les petits plaisirs ou les apports de base et continuer à perdre du poids. 

Vous êtes proche de votre poids de forme. ⚖️

Il ne faut pas oublier que le surpoids est avant tout un sur-poids, c’est-à-dire du poids « en trop » que votre corps stocke par rapport à votre poids de base et qu’on appelle communément poids de forme (celui auquel vous êtes à l’aise physiquement) ou poids idéal (poids théorique moyen des personnes de votre âge). Plus on est proche de ce poids idéal, moins le corps n’a de raison d’éliminer des cellules (à fortiori graisseuses) car il est proche d’un état d’équilibre qui lui permet de survivre. À l’inverse, plus on est éloigné de ce poids idéal, plus il est facile de perdre du poids. On l’a tous expérimenté, les premiers kilos partent toujours plus vite que les derniers. Si vous constatez que votre poids ne bouge plus, vous êtes peut-être arrivé sur un plateau. Ce plateau correspond à un poids d’équilibre dans lequel votre organisme se sent bien : c’est son poids idéal. Il ne reste plus qu’à vous poser la question de savoir si vous n’êtes finalement pas « bien dans votre corps » à ce poids-là plutôt que d’aller chercher les 2-3 kilos restant à perdre uniquement parce que vous souhaitez atteindre un objectif théorique initial. Stagner n’est pas toujours une mauvaise chose, ça veut parfois dire qu’on a « atterri » et que c’est la destination qui vous a choisi et non l’inverse. Il faut parfois se laisser guider par la vie, c’est souvent une bonne surprise qui nous attend.  

Et si jamais, votre silhouette ne vous plaît toujours pas, vous devriez peut-être demander conseil à un professionnel de la nutrition pour vous aider à personnaliser votre rééquilibrage alimentaire, et/ou un entraîneur sportif pour tenter de changer non pas votre poids, mais votre composition corporelle en graisse et en muscle et ainsi modifier votre silhouette. 

Vous vous pesez trop souvent. 

Si vous vous pesez plusieurs fois par jour, il y a de grandes chances que les variations que vous voyez sur la balance soient en grande partie dues au contenu de votre vessie et de votre tube digestif, et non à une perte réelle de masse graisseuse. Même d’une journée à l’autre, votre perte de poids est quasi  imperceptible. Ce que vous considérez alors comme de la non-perte ou de la stagnation, n’est finalement  qu’une mauvaise interprétation des chiffres. L’idéal étant de se peser une fois par semaine maximum et de comparer ces résultats sur deux ou trois semaines. Ainsi, en prenant un peu de recul, on se rend compte qu’on perd du poids, de manière lente, certes, mais de manière durable, pour sûr ! 😉

Vous êtes (trop) en mode routine. 

Si votre métabolisme semble tourner au ralenti, c’est sûrement que vos journées et vos semaines se ressemblent trop. Il faut sortir de cette routine dans laquelle votre organisme « se plaît » pour le contraindre à s’adapter à un environnement ou à un rythme un peu plus « stressant ». Ainsi, il va dépenser plus d’énergie pour retrouver son équilibre et si vous ne modifiez pas votre alimentation, votre poids va recommencer à diminuer. Voici ce qu’il faudrait faire dans l’idéal :

Pour les plus sédentaires, tentez de bouger tout simplement plus, ne visez pas la salle de sport à tout prix ou des séances de fitness exténuantes. Non, pour booster votre métabolisme, essayez d’être debout à des moments où vous êtes habituellement assis, marchez sur des trajets (ou portions de trajets) que vous faites généralement en voiture ou en métro, levez-vous régulièrement pendant vos journées de travail, et faites des gestes du quotidien en étant debout (comme téléphoner, écrire ou lire un journal, quelques minutes par jour suffisent). Voici un article qui pourra vous donner des idées : Activités et confinement, comment faire ?

Pour les plus sportifs, ne changez rien à votre quotidien (même si les conseils ci-dessus peuvent être appliqués sans problème), mais modifiez plutôt votre rythme et votre volume d’entraînement. Variez aussi l’activité que vous pratiquez, pour forcer votre organisme à utiliser d’autres muscles et à puiser différemment dans vos réserves. 

Voilà vous savez tout, maintenant, c’est à vous de trouver la catégorie qui vous correspond le plus (il n’est pas rare d’en cumuler deux ou trois) et d’agir en conséquence en adoptant les quelques conseils ci-dessus. Avec un peu de patience, votre poids va recommencer à diminuer ! Courage ! 💪🏻

COMMENTAIRE (1)

1 Comment

  1. Bonjour je suis intéressée par votre box .Je voulais savoir si on commande pour 4 semaines est ce que le prix est dégressif au total merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *