Le petit épeautre, aussi appelé engrain, est une céréale de la famille des graminées. C’est une espèce dite à grains vêtus, ce qui veut dire qu’elle doit être décortiquée avant de pouvoir la consommer. Cette caractéristique a une influence négative sur sa productivité car l’enveloppe des grains représente 40% de son poids.
Son rendement est plutôt faible mais il est adapté aux sols pauvres et secs.
Le petit épeautre est très résistant aux maladies et aux ravageurs et il se développe bien sans engrais.

La première des céréales 🌾

Le petit épeautre est la première céréale domestiquée par l’homme vers 8000 ans avant JC. Elle est originaire du croissant fertile et elle existe encore à l’état sauvage, notamment en Turquie.  Une autre espèce très proche est probablement l’ancêtre des céréales modernes.
Elle a été peu transformée au cours du temps ce qui en fait le « dinosaure » des céréales. C’est aussi la moins modifiée génétiquement.
Le petit épeautre sauvage perd ses graines à maturité, elles tombent au sol, germent et assurent donc la survie de l’espèce. Il existe à l’état naturel une mutation néfaste qui empêche les graines de tomber ce qui les fait pourrir sur les tiges. Cette mutation a été remarquée par les premiers agriculteurs comme favorable : il ne fallait plus se baisser pour ramasser les graines, il suffisait de couper les épis et ensuite de les battre. C’est considéré comme le premier acte de domestication d’une plante par l’homme. La plante ainsi sélectionnée ne peut plus se passer de l’intervention humaine pour assurer sa survie.
Plus tard, l’homme a sélectionné des plants à plus grosses graines.

Ses intérêts nutritifs 💪🏻

Le petit épeautre possède des graines tendres qui se cuisinent comme le riz, on peut aussi en faire du pain.
Il est pauvre en gluten et c’est une céréale à protéines complètes comme le quinoa à l’inverse du blé ou de l’épeautre (à ne pas confondre), de plus il est très riche en fibres.
Il est riche en calcium et en magnésium et ses lipides (quantité double par rapport au blé) sont en majorité insaturés.
Vitamines du groupe B, fer et zinc complètent l’intérêt nutritif de cette céréale.

Un marketing trompeur 🧐

Attention aux subtilités du marketing : il ne faut pas confondre le petit épeautre et l’épeautre qui lui est une céréale à fort rendement et peu chère mais aussi beaucoup moins intéressante d’un point de vue nutritionnel et contenant plus de gluten.
Il faut donc bien lire les étiquettes du pain, des pâtes ou des gâteaux à l’épeautre (terme plus vendeur que le blé classique) et vérifier qu’ils sont faits à base de petit épeautre (nom latin : triticum monoccucum).

Des idées de recettes 👨🏼‍🍳👩🏻‍🍳

Le petit épeautre se cuisine comme le riz, il peut donc le remplacer dans toute une variété de risottos.
Par exemple, épeautre, échalote, huile d’olive, bouillon de légumes, herbes fraîches et copeaux de parmesan pour un risotto tout simple ( les idées recettes sont partout sur le Net ).
Il n’est pas interdit de tenter une paella à base d’épeautre même si votre grand-mère espagnole tire la tête !
Petite astuce ( importante quand même ), si vous ne voulez pas passer trop de temps à cuisiner, favorisez le petit épeautre cuit. En effet, il doit tremper 12 heures dans l’eau s’il est cru.
Généralement, il faut 45 min de cuisson dans deux fois son volume d’eau frémissante s’il est préalablement trempé, une heure s’il ne l’est pas.
Cette céréale peut être la base de nombreux plats végétariens équilibrés en protéines en l’associant aux légumineuses et aux légumes. Elle se marie bien aux recettes de curry.
Pensez aussi au petit épeautre pour donner du croquant à vos salades.
Pour les plus aventureux, on peut en faire des biscuits ou du pain.

Bon appétit ! 😋

COMMENTAIRE (1)

1 Comment

  1. Merci beaucoup justement je me demandais
    Comment les consommer je vais essayer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *