Pour ne pas faire d’excès de vitesse, on regarde son compteur. Pour ne pas être à découvert, on regarde son compte en banque. Et, pour ne pas être en retard, on regarde sa montre. Il est des situations où le contrôle est indispensable pour ne pas être en dehors des clous. Mais quand il s’agit de notre poids, ce genre de contrôle régulier est-il vraiment indispensable ?

On pense souvent que perte de poids et pesée sont indissociables, mais bien souvent, ce n’est pas vrai – même si cela peut parfois aider. Alors le pèse-personne, utile ou pas ? Pour faire court, non. Il vaut mieux se concentrer sur la qualité de ce que l’on mange et sur le fait de se sentir « bien dans sa peau » plutôt que sur ce petit rituel matinal que l’on fait tous ! Pour la version longue, c’est plus nuancé, voici quelques explications :

Ne vous faites pas avoir par les chiffres.

Ah la balance ! Malicieusement cachée sous l’évier de la salle de bain. Elle vous guette du coin de l’aiguille. Vous tentez de résister, mais vous craquez. Vous voilà en moins de deux sur cette petite marche de 5 cm qui vous juge plus qu’elle ne vous connaît. Impossible de ne pas regarder le résultat. Et voilà, après une semaine de régime, les chiffres ont parlé. Mais les chiffres n’ont pas dit toute la vérité !

En effet, en montant sur votre balance, il y a de grandes chances que vous ayez eu l’impression que votre poids ne descendait pas (ou pas assez) alors qu’en réalité vous étiez en train d’interpréter une donnée qui n’était pas la bonne ! Les chiffres sur la balance sont trompeurs, car ils ne reflètent pas vraiment la réalité. Et bien souvent, on s’accuse d’être responsable de cette maigre progression pondérale alors qu’en fait c’est carrément la notion même de poids corporel qu’il faut revoir.

Votre poids corporel réel, ce n’est pas le nombre qui s’affiche sur votre pèse-personne. Le nombre qui s’affiche est en réalité composé de votre masse de base (vos organes, votre peau, vos os, vos muscles, etc.) mais aussi de masses variables comme le contenu de votre tube digestif, de votre vessie et des variations des volumes de fluides corporels comme la lymphe, le sang ou l’eau intercellulaire, c’est ce qu’on appelle les fluctuations corporelles. Ces dernières ne sont techniquement pas « vous », elles sont seulement « de passage » et pourtant elles sont comptabilisées dans les kilos sur la balance. 

Enfin, lorsqu’on ajoute à tout cela les biais de mesures (habits, bijoux, balance de mauvaise qualité ou positionnée sur un sol mou, etc.), on comprend vite pourquoi les quelques centaines de grammes perdus sur une semaine, passent vite inaperçus. On vous avait prévenu, les chiffres sont trompeurs.

Poids corporel réel = Masse de base Fluctuations corporelles Biais de mesures

De la même façon que ces critères (biais et fluctuations) peuvent donner l’impression d’« annuler » une perte de poids ou de la ralentir, ils peuvent, à l’inverse, masquer une prise de poids et faire qu’on ne va pas réagir assez vite pour changer son alimentation.

Pour évaluer de manière optimale le poids et donc la perte de poids, il est donc nécessaire de diminuer l’impact des fluctuations et des biais (qui peuvent atteindre en cumulé jusqu’à 3 kg !). Ainsi, ils ne viendront pas fausser la mesure. Le suivi de votre évolution pondérale sera ainsi plus pertinent et plus juste.

La meilleure façon de se peser.

Voici donc quelques astuces pour bien vous peser et minimiser l’impact des biais de mesures et des fluctuations corporelles. Si en vous ressentez le besoin, pesez-vous : 

  • Avec un pèse-personne digital, récent et de bonne qualité,
  • une seule fois par semaine, en milieu de semaine,
  • sur un sol horizontal, dur et stable,
  • toujours le même jour,
  • idéalement le matin,
  • entièrement déshabillé, sans bijoux ni accessoires, 
  • après être allé aux toilettes,
  • avant de manger et avant de faire du sport

Un conseil de diététicien, pesez-vous vous encore moins fréquemment, une fois par mois par exemple. L’apprentissage du « temps long » (ne pas être pressé) et le fait de ralentir la fréquence de vos pesées vous aideront à réagir de manière moins disproportionnée face à une donnée chiffrée (positive comme négative) parfois trompeuse, et surtout à lisser ces fameuses fluctuations qui viennent parasiter votre poids réel. En respectant ces quelques règles, votre poids sur la balance sera plus précis et le suivi de votre perte de poids sera plus efficace !

Remarque : pendant les règles, il est normal pour certaines femmes de se sentir parfois un peu « gonflées », le corps stocke temporairement plus d’eau sans pour autant avoir un impact sur le poids réel. Prenez cela en compte si jamais vous vous pesez pendant votre cycle. En une semaine, vous n‘avez pas grossi, c’est juste une variation passagère.

Et si la meilleure façon de mincir, c’était finalement de se libérer de la notion de « kilos » en se concentrant sur son bien-être physique, sur sa santé et sur son ressenti plutôt que sur ce que dit la balance ? 

D’autres manières de « contrôler » votre poids.

Ce nombre avant « Kg » est pour beaucoup un objectif en soi. Il nous obsède, si bien qu’on aime le comparer. On le compare à nos rêves, on le compare à celui de célébrités, on le compare à un «je» d’il y a 15 ans, voire même à d’autres personnes qui n’ont pas la même vie, ni la même génétique. Mais est-ce vraiment utile ? Pour sortir de cette spirale comparative, il faut voir le poids sous un autre angle : le poids n’est pas une fin en soi, c’est plutôt un moyen de vérifier « où on en est ». 

Voici quelques astuces pour essayer de prendre soin de vous et de votre silhouette sans être obnubilé par les kilos, ni passer systématiquement par la case « pèse-personne ».

  • Prenez vos mensurations, avec un mètre-ruban (tour de taille, de cuisses, de hanches).
  • Regardez vos progrès grâce à vos habits. Mettre un jean dans lequel on ne rentrait plus, ça c’est du concret !
  • Comparez-vous à vous-même, grâce à des photos qui ne datent pas trop (1 an max.).
  • Faites un test de composition corporelle chez un professionnel de la nutrition pour suivre votre pourcentage de masse grasse, d’eau et de muscles. Ces données sont bien plus pertinentes que le simple poids, car le muscle, la graisse et l’eau ont des densités différentes et n’impacterons pas votre silhouette de la même manière. Le muscle « pèse lourd » et pourtant, il affine, tandis que c’est le contraire pour la graisse. 
  • Évaluez-vous sur des critères « santé ». Ex : « depuis que j’ai commencé ce régime : j’ai plus de souffle, j’ai plus d’endurance, je dors mieux, je suis moins ballonnée, etc ».

Voilà vous savez tout. Pour perdre du poids, il n’est pas indispensable de se peser. Même si un petit contrôle de temps en temps permet de se rassurer, il faudra veiller à le faire le moins souvent possible et surtout dans les bonnes conditions, sans oublier qu’il existe d’autres façons de faire attention à son corps et à sa santé.

COMMENTAIRE (1)

1 Comment

  1. Très intéressant, je ne connaissais pas le test corporel. Plein de conseils qui permettent de lever la pression et prendre son temps. Je n’ai jamais eu vraiment de problèmes de poids. Avec la ménopause (réglée rapidement) et l’arrêt de la cigarette, ça vient mais avec la Brigade à mes côtés et en me motivant pour arrêter de manger trop de sucrés, ça devrait aller ! En tout cas c’est super bien écrit et très cohérent ! Merci la Brigade

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *