Une campagne ponctuelle

En mars 2014, une agence de pub imaginative a proposé à une enseigne de la grande distribution une campagne marketing innovante et pertinente.
Il s’agissait de promouvoir auprès des consommateurs les légumes déclassés du fait de leur aspect non conforme aux normes en vigueur ; une façon élégante de combattre le gaspillage alimentaire.
Les légumes moches ont brusquement fait leur apparition dans l’univers alimentaire des français.
À la base, cette campagne ne concernait qu’un seul magasin sur une période de quelques jours et sur un choix limité de légumes.
Son succès fulgurant a fait réagir le Ministère de l’Agriculture et les filières agricoles, qui ont salué l’initiative.

Les origines du gaspillage

Le gaspillage des fruits et légumes est un phénomène très important (30% de la production totale). Il représente des milliers de tonnes chaque année.
Le gaspillage est provoqué par de multiples facteurs : climatique, transport, emballage, conservation et aussi par les critères strictes imposés par la grande distribution en termes de calibre et d’esthétique.
Par exemple, des carottes tordues sont moins demandées par le consommateur et sont aussi plus difficiles à transporter. Elles peuvent toutefois servir dans la restauration ou dans l’industrie pour faire des soupes mais une bonne partie n’a aucun débouché.
Alors que de nombreuses personnes ne peuvent se permettre d’acheter des légumes, la commercialisation des légumes moches à prix cassé semble une bonne idée pour les consommateurs, les agriculteurs et pour l’environnement.

Les effets pervers

Au départ, l’initiative légumes moches était uniquement d’une opération de sensibilisation sans que l’offre devienne régulière.
En effet, pour la grande distribution, la rentabilité des légumes moches est un réel problème. Les flux de ces produits sont aléatoires, les prix de vente sont bas (de 30 à 50%), les rayons fruits et légumes sont chers et ne sont pas extensibles. Certaines enseignes ont d’ailleurs arrêté d’en proposer à leurs clients.
De plus, des études ont montré qu’une partie des consommateurs surtout jeunes sont beaucoup plus attirés par l’aspect esthétique des légumes au moment de l’achat. Au contraire d’une clientèle plus âgée qui est, elle, plus “terrienne”, habituée aux potagers et à leurs légumes imparfaits.
Pour les agriculteurs, le risque de faire baisser les prix est réel. Pourquoi le consommateur irait-il acheter au prix fort des légumes alors que les produits déclassés possèdent les mêmes vertus nutritionnelles pour un prix largement inférieur ?
Les légumes moches vendus à un prix raisonnable, à la fois pour les agriculteurs et les consommateurs ont toutefois bien progressé dans les circuits courts de distribution (vente directe et AMAP).

Humour involontaire

Quelques temps après la campagne de sensibilisation des légumes moches qui avait le mérite de pointer le gaspillage alimentaire, la même enseigne et la même agence marketing ont mis en place une autre campagne qui prônait l’exact contraire de la première.
Le concept était de noter l’heure de pressage de jus de fruits frais, ce qui orientait inéluctablement les consommateurs vers les jus les plus frais au détriment des autres pressés seulement quelques minutes avant ! 
Une façon magistrale de promouvoir un énorme et stupide gaspillage…

Sources :
https://theconversation.com/search/result?sg=4b8016c3-4a58-41f1-98cc-735f0a70683c&sp=34&sr=337&url=%2Fles-fruits-et-legumes-moches-bien-plus-quune-arme-antigaspi-125599

https://theconversation.com/search/result?sg=4c21ab09-dea5-46b1-82a1-78b8f55b6c1d&sp=1&sr=3&url=%2Fles-legumes-moches-une-belle-idee-49616

Pas encore de commentaire, faites entendre votre voix ci-dessous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *