Vous avez déjà sûrement entendu quelqu’un se plaindre de ses « gènes », peut-être est-ce même votre cas.
Par exemple, certaines personnes affirmeront que, puisque tout le monde dans leur famille possède une tendance au surpoids, c’est logique qu’elles suivent aussi cette tendance.
Mais alors, est-ce une vérité ou bien cela pourrait-il n’être qu’une pensée fataliste sur laquelle on pourrait peut-être agir ?

C’est la question à laquelle tente de répondre la communauté scientifique à travers le concept de l’épigénétique. L’épigénétique deviendrait ainsi une véritable révolution de la biologie de ces dernières années et vous allez rapidement comprendre pourquoi. Mais d’abord… L’épigénétique, késako ?

L’épigénétique constitue l’étude de la modification de nos gènes en fonction de notre environnement direct.

Mais dans le concret, que cela signifie-t-il vraiment ? 🤔

Pour comprendre, il faut d’abord savoir que notre information génétique est portée par notre ADN qui se situe dans le noyau des cellules qui nous composent. Nos cellules possèdent ainsi toutes le même patrimoine spécifique de notre identité et de notre unicité. Mais en réalité, nos gènes ne constituent seulement que 2% de notre ADN ! Il s’agit de l’ADN dit « codant », responsable par exemple de notre sexe, la couleurs de nos yeux, notre apparence physique, notre personnalité et de bien d’autres paramètres.

Mais alors… que fait-on des 98% d’ADN restants ? Nous avons longtemps pensé qu’ils ne servaient à rien, les chercheurs le qualifiaient même d’ « ADN poubelle ». Grâce à la découverte récente de l’épigénétique, les chercheurs se sont en fait rendus compte que ces 98% d’ADN restants seraient en réalité directement responsables de l’expression de nos gènes que l’on pensait immuables (les fameux 2%). Sans en modifier la séquence pure, ils en modifieraient cependant l’expression. Et attention, cela devient encore plus intéressant : l’activité de ces 98% de notre ADN serait elle-même influencée par notre environnement (donc notre mode de vie), et ce de manière directe ! Ainsi, la personne que nous sommes, déterminée par l’expression d’un patrimoine génétique, pourrait être concrètement influencée par :

  • l’alimentation
  • l’activité physique
  • la gestion du stress
  • les relations sociales

La découverte de l’épigénétique nous permettrait alors de supposer que nous sommes véritablement “acteurs de l’expression de nos gènes” et donc de notre existence. Évoluer dans un environnement sain et harmonieux serait donc la clé de notre santé et nous permettrait alors d’agir concrètement sur notre bien-être.

Si l’épigénétique reste malgré tout une science assez récente qu’il faut accueillir de manière raisonnée, il est pourtant intéressant de connaître ce phénomène : toujours dans le but de tendre vers un mieux-être et d’avoir une meilleure compréhension de notre fonctionnement.


Sources :
https://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2017-2-page-111.htm
https://www.encyclopedie-environnement.org/s
ante/epigenome-facteurs-environnementaux
https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/epigenetique

Pas encore de commentaire, faites entendre votre voix ci-dessous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *